L’interview qui a bon Guts, partie 2

     Voilà comme promis la deuxième partie de l’interview avec Guts. Si tu n’as pas lu la première partie, c’est par ici. Alors oui, celle-ci est plus petite, plus modeste mais c’est pas une raison pour la zapper, c’est pas la taille qui fait la différence pas vrai ? Du coup, on a posé quelques questions à Guts dont une à propos du rap français et la réponse pourrait te surprendre… (éminent moment de suspense)

Sur l’album t’as beaucoup de sonorités oldschool, qui personnellement nous font kiffer, c’est tes collabs US et tout ce que tu écoutais, comme tu nous le disais précédemment (ndrl premier partie interview guts) t’es plus rap US, c’est tout ça qui t’inspire pour cet album ?

Oui , c’est toute la musique qui m’a nourrit pendant ces trente dernières années, c’est toute ma culture musicale . Moi je viens purement du hip-hop des années 80, c’est la musique qui m’a forgé et c’est la musique qui m’a amené à découvrir toutes les autres musiques, c’est ça qui est dingue . Avec le hip-hop, on travaille beaucoup avec le sample, du coup j’ai découvert le jazz, la soul, la musique psychédélique, la musique disco, j’ai découvert le boogie après j’ai découvert la musique West-Indies , toute la musique des Caraïbes, la musique de l’Est, la musique gospel, enfin tu vois c’est un truc de fou . Effectivement, on va dire que je suis très curieux, très friand de musique et vu que je travaille avec le sample, et bien mes recherches sont de plus en plus large . Je vais chercher des musiques de plus en plus improbables .

Mais comme je viens du hip hop et que j’ai 43 ans et bien forcément je suis un peu oldschool … Ce qui est compliqué aujourd’hui justement pour les artistes hip hop de mon âge c’est de faire des projets qui soient entre guillemets  » oldschool  » mais avec tout de même une certaine fraicheur. Parce que si tu arrives avec un délire oldschool mais que t’as pas un peu de fraicheur ou quelque chose d’un peu créatif, c’est compliqué ..

Du coup l’idée avec « Hip Hop After All », c’est quand même d’arriver avec quelque chose d’oldschool parce que c’est ma signature musicale et c’est mon code barre, mais en même temps avec une certaine fraîcheur, une certaine créativité et puis une certaine ouverture d’esprit dans la musicalité aussi parce que dans l’album ça voyage quand même pas mal, c’est pas figé dans un style très précis, on n’est pas dans un tiroir enfermé, on est ouvert quand même.

10836123_754314107985343_775576610_nLa première fois que j’ai écouté un de tes sons c’était dans une des vidéos du projet Lost in the swell, les surfeurs baroudeurs bretons,
mais comment tu réagirais si on te proposait d’utiliser un de tes titres dans un cadre commerciale ?

Le cadre commercial me dérange pas, ce qui me dérange c’est dans quel cadre et pour qui, parce que si c’est par exemple pour un film de Tarantino bah là évidement je fonce, si c’est pour une marque mais une marque éthique tu vois, une marque qui fait du bien, qui va pas polluer, qui va pas faire travailler les enfants, qui va pas porter préjudice aux paysans ou alors à des populations ou alors à la santé tout simplement, ça me pose aucun problème. Mais j’irai pas évidement mettre ma musique sur Coca-Cola, sur Mcdonald, sur Leclerc, Carrefour, ou sur une lessive ou sur des conneries comme ça quoi. Enfin jamais de la vie tu vois, même si Coca-Cola me propose 3 millions de dollars demain, j’irai jamais faire un truc avec eux.

C’est plus à ça que je pensais, un peu comme le morceau I’ve got that tunes de Chinese Man réutilisé dans une pub de Mercedes !

Ah ouais, bon bah ça… Bon Mercedes encore.. T’as le cul entre deux chaises parce que c’est pas non plus Coca-Cola ou Redbull.. Par exemple moi tu me verras jamais aller dans un studio Redbull, parce que Redbull ils font des studios maintenant, mais j’irais jamais dans un studio de ce genre. J’ai trop de respect pour les mecs qui se saignent, pour les ingénieurs du son qui montent leurs studios où les mecs qui investissent et se mettent sur la paille pour monter des studios, des mecs passionnés quoi. Et à côté de ça, je vois des artistes qui font leurs kékés dans les studios Redbull , j’ai envie de leur dire : « les mecs si vous kiffez le son allez voir les mecs qui kiffent le son et qui se mettent sur la paille pour faire des studios indépendants qui déchirent et n’allez pas faire les kékés dans les studios Redbull avec une boisson douteuse qui finalement n’est que de la merde ». Du coup c’est dommage mais bon, y a des choses plus graves.

Et puis pour Mercedes, je veux pas juger parce que comme je te disais on a le cul entre deux chaises. Si l’argent qu’ils ont pris avec Mercedes ça peut aider à produire des artistes, voilà si avec ça ils mettent l’argent à contribution et arrivent à sortir des artistes de l’ombre, et bien pourquoi pas ! Je sais que Chinese man pour le coup ce sont vraiment des artistes qui ne vont pas vendre leur âme au diable, tu vois ce que je veux dire, donc on va pas les juger la dessus. Ils auraient fait un truc pour Redbull ou McDonald, là par contre ça aurait été dur.

À force de parler en mal de Redbull et de McDonald, on a eu quelques problèmes de connections (encore aujourd’hui, nous ne savons toujours pas si il s’agissait de Skype ou des illuminatis, bien que l’hypothèse des illuminatis soit plus probable). Du coup, je vous ai préparé un dialogue type Brevet des collèges avec les quelques brides de conversation audibles.

L’image se trouble, le son est parasité mais Paul et Jeff entendent à peu près Guts. Lui semble s’être perdu dans sa connexion :

« – Ah merde je vous entends plus, ça a buggé je crois, lance Guts. Je sais pas si vous m’entendez les gars mais.. » Sa voix se perd dans la pièce. Plus aucun son, ni d’image. La tension est palpable sur le visage des deux amis. Dix secondes s’écoulent, toujours rien.

« – Ça y est c’est revenu s’écrit-il depuis les haut-parleurs de l’ordinateur.

Aaaaah cool s’esclaffent alors les deux autres.

Vous êtes basés où là ? Vous m’appelez d’où ? s’interroge Guts

On est en Bretagne nous, à St-Malo, lance Jeff les yeux pétillants.

Ah vous avez des bonnes têtes de bretons mine de rien (éclat de rire générale), ah c’est cool, ça va il fait beau en ce moment ? demande Guts pour faire avancer la conversation.

Ouais c’est mitigé, on sent la fin de saison là, déclare Paul un peu déçu.

Mais vous êtes en Bretagne plutôt en bord de mer ou dans les terres ? continue l’auteur du nouvel album « Hip-Hop after all ».

On est à St-Malo en bord de mer en fait, confirme Jeff sur un ton amusé.

Ah c’est pour ça que vous avez bonnes mines alors ! C’est clair, ah l’air de la mer putain c’est bon ! s’extasie Guts face à sa webcam.

Complètement, en plus on a la route du rhum, c’est chargé ! affirme Paul sans sourcilier.

Ah ouais, ouais, c’est clair, ça dépend de quelle route tu parles mais… » insinue Guts.

S’en suit alors un fou rire générale, fin des trois compères, puis l’interview reprend son cours.

10833806_754314061318681_1325928516_n

Avec ton expérience, tout ce que tu as sortie, t’as quel vision du hip hop en France aujourd’hui ? je sais pas si t’écoutes ce qui se fait en France ?

Bah ouais , j’écoute pas de façon acharné mais oui j’écoute et il se passe des belles choses. Y a des artistes que j’aime beaucoup comme Kacem Wapalek, j’aime beaucoup certains artistes de Lyon, y a justement l’Animalerie, je continue à écouter les anciens comme Rocé, Dany dan et tout ça. Après je suis très mitigé sur les artistes entre guillemets de rap français, genre tout ceux qui.. euh.. Comment ils s’appellent ? Celui qui cartonne.. Nan pas Neckfeu, j’aime beaucoup ! Nan je te parle des artistes genre Maitre Gims et puis l’autre là, qui fait un carton en ce moment, de son même collectif là.. euh.. de Sexion d’Assaut mais l’autre mec là.. Black M voilà ! Alors Black M, Maitre Gims, Booba, Roff, tout ça.. enfin j’aime beaucoup Youssoupha par contre ! J’aime beaucoup aussi le marseillais qui cartonne là, euh comment il s’appelle ? Soprano je crois ! Ouais, Soprano j’aime bien, après il fait parfois des morceaux un peu bizarre mais j’aime bien Soprano, après les autres j’ai un peu de mal. Black M j’ai énormément de mal. Maitre Gims au début il défonçait alors maintenant je comprend pas.. et après les Kerry James, Roff, Booba et tout, j’aimais beaucoup avant mais alors maintenant (soupir) c’est compliqué quoi, je me fais chier… et les messages aussi, bon Kerry James au niveau des textes, respect, mais je parlerais plus de Booba et tout ça, et même Black M, dans les messages c’est pas terrible quoi ! Du coup ça me parle moins ! Par contre j’aime bien, je vais vous surprendre, c’est le belge là, Stromae ! Bizarrement moi je trouve que le mec est chanmé, assez improbable, assez épatant et du coup ça pourrait surprendre certains mais moi je kiffe, je trouve que le mec a un talent de fou. Après t’aimes ou t’aimes pas mais moi je suis réceptif !

unnamedUne question qui me tient vraiment à coeur, j’aimerai savoir si Hippocampe fou est vraiment fou ?

Aaaaah ! Est ce que Hippocampe Fou est vraiment fou ? Ah ouais, mais ça il faut laisser le mythe parce que du coup si je te le dis.. euh.. ouais c’est clair qu’il est quand même bien fou, mais après est ce qu’il est vraiment fou.. le « vraiment » je le laisse un peu en suspend, j’aime bien qu’on garde un peu de mystère chez les artistes et surtout chez lui. Je trouve que c’est important de garder le mystère parce que c’est un artiste qui est tellement intéressant et riche à la fois mais c’est sur qu’il est un peu fou !

Sinon je voulais savoir comment ça se passe la vie à Ibiza, si il y a pas trop de nuisances nocturnes ?

Ah la vie à Ibiza bah c’est la « pura vida » quoi ! Moi je suis amoureux de l’île, bon le clubbing, ça c’est un truc qui me parle pas trop. Mais à Ibiza, le clubbing c’est ce que vous entendez vous en France sur M6 dans Zone interdite tu vois, mais quand tu vis à Ibiza, tu vis pas dans un club. Tu vis sur une île qui est absolument magnifique avec des gens qui sont délicieux, y a une douceur de vie, on y mange trop bien, fin voilà quoi. La vie y est absolument délicieuse. Donc du coup Ibiza y a le côté clubbing à travers la propagande de la télé mais bon c’est comme ça, alors qu’en fait c’est quoi ? Allez 3% de l’île. La propagande que vous entendez. Moi je profite de tout le reste, je profite de tout ce que vous connaissez pas.

Vous allez voir si un jour vous venez à Ibiza, alors dans des périodes un peu plus cool comme le mois de Mai par exemple ou le mois d’Octobre, vous allez kiffer ! Parce que si vous aimez la mer, si vous aimez la nature, la douceur de vivre, la bonne bouffe et bah vous allez forcément aimer. Après le mois d’Août et le mois de Juillet c’est plus particulier parce qu’il y a du tourisme de masse, du coup le tourisme de masse ça se voit parce que forcément ça prend de la place. Après si tu vas dans le nord de l’île, tu le vois quasiment pas. Tu le vois surtout plus dans des endroits où ils sont parqués mais c’est pas plus mal qu’ils soient parqué, parce que comme ça ils nous laissent tranquilles. Mais du coup, moi j’ai un peu trouvé mon havre de paix..

On a une question rituel au Grateful, tu te lâches, tu peux dire tout ce que tu veux, c’est carte blanche pour toi ?

Oh, alors là je suis pas inspiré… (rire)

J’ai envie de dire qu’il faut continuer à se droguer avec de la bonne musique, continuer à faire du bien autour de nous, continuer à sourire au mauvais temps. Quand il pleut en Bretagne, il faut sourire. J’ai envie de dire regardez les étoiles, souriez à la vie et la vie vous sourira. Donc voilà c’est mon message, un message positif !

C’est sur ce message plein d’amour et de free-hugs que l’interview de Guts se termine. Mais rassure-toi, il tardera pas à passer dans le coin pour enflammer la scène bretonne. Une tournée sans un passage en Bretagne, ce serait un peu comme un poulet massala sans blanc de poulet, cela n’a aucun intérêt (non, cette conclusion n’est pas chauvine). On remercie beaucoup Guts pour cette petite entrevue mais surtout on vous invite à écouter sans modération son nouvel album « Hip-Hop After All » tout comme le premier Ep de son projet « Fines Bouches » avec Blanka. Pour terminer en beauté cet interview, on suit les conseils de Guts et on vous souhaite à tous un « Pura Vida » les ami(e)s.

Interview réalisée par Paul Le Guen et Geoffrey Marliac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s