Vibrations Electriques et entretien avec Mathias Durand (RCR)

     « Vibrations électriques », 7ème du nom débarque dans ton pc le 22 avril, en téléchargement jusqu’au 22 juin. Radio Campus Rennes a sélectionné un vaste panel d’artistes locaux au sein de cette compilation totalement éclectique afin de prouver à l’hexagone que Rennes en a dans le pantalon et qu’il s’y passe plein de choses. A l’occasion, nous avons interviewé Mathias Durand, chargé de programmation à Radio Campus Rennes afin qu’il nous parle plus en détail de l’essence de cette compilation, de son objectif et de bien d’autres choses encore.

En voiture Simone !

En voiture Simone !

Mathias, peux-tu nous expliquer ton rôle au sein de Radio Campus Rennes ?

Mon rôle c’est de m’occuper de tout ce qui est de la programmation musicale, hors émissions spécialisées, plus particulièrement dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, autour de tous les groupes qui gravitent à Rennes, parce qu’il y en a beaucoup qui font de la musique, qui essaient de sortir des trucs. Qui essaient parfois de se professionnaliser, parfois pas. J’essaie donc de leur donner un peu d’écho dans Radio Campus Rennes.

C’était donc logique que ce soit toi qui te charge de la sélection pour Vibrations électriques.

Si on fait un peu d’histoire, pour la première version de Vibrations électriques, on a fait un truc un peu collégial où il y avait quelqu’un à la coordination de la compile, puis chacun y mettait son petit groupe et ça donnait un truc assez inaudible qui partait dans tous les sens. Le principe d’une compilation, en tout cas de Vibrations électriques depuis 7 ans, c’est d’essayer de faire ressortir une photographie à un instant T des espoirs et des groupes qu’on va suivre de la scène rennaise. Mais pas n’importe comment non plus parce que cette compilation, si elle est disponible notamment pour les rennais sur  » http://www.radiocampusrennes.fr/ « , n’est ce pas, elle est aussi pressée à 1000 exemplaires et distribuée à beaucoup de professionnels, notamment sur le Printemps de Bourge, donc l’idée c’est de servir les groupes, de leur donner une possibilité de rayonner à travers cette compilation. Il faut qu’elle soit un peu cohérente. C’est moi qui travaille à l’année sur le suivi des groupes rennais, donc oui je prends la responsabilité du tracklisting de la compilation.

Quand on dit 17 groupes, ça parait déjà pas mal, mais ce n’est rien par rapport à l’ensemble de la scène rennaise, comment t’y prends-tu pour faire un tri et choisir les groupes ?

Il y a environ 450 groupes sur Rennes métropole. Comment on fait, et bien il y a des histoires qui se construisent tout au long de l’année. Certains groupes n’ont pas forcément d’actualité au moment où on travaille sur la compile, d’une part, et puis il y a aussi des groupes que l’on suit à l’année à travers des émissions comme L’Entrée des Artistes ou La Petite Radio dans la Prairie. Ça donne une certaine idée des projets qui sont ,entre guillemets, dans l’esprit Radio Campus Rennes. Quelque chose de plutôt indé, éclectique aussi, en tout cas on essaie. Tout au long de l’année on note des noms, tu arrives avec une liste quelques mois avant la création de la compile, tu appelles les groupes pour savoir où ils en sont, est-ce que c’est le bon moment, et ta liste se rétrécit au fur et à mesure. C’est temporel, sur Rennes, les groupes existent, mais parfois pendant deux ans un groupe ne va pas faire grand chose, et la troisième année ça se lance. La temporalité est élargie et il ne faut pas se focaliser que sur cette compilation là, même si elle est importante. L’idée de cette compilation à l’origine c’est quand même de prendre, soit des projets émergents ou des groupes pour qui c’est le moment et qui ont une actualité. Totorro par exemple, sortent leur premier album, pareil pour Sapin.

1000 tirages en Cd, et téléchargement libre sur internet, c’est quand même une assez bonne exposition.

Oui, mais il ne faut pas oublier qu’on reste sur Rennes et que certaines personnes ont une force de frappe bien plus importante que Radio Campus Rennes. Mais c’est une solution qu’on a trouvé à notre échelle pour donner un écho à la scène indépendant rennaise. Mais la compilation va tourner chez des professionnels et j’espère que, par exemple, des programmateurs de salles tomberont sur des morceaux et se diront que c’est cool et garderont le groupe dans un coin de leur tête. Mais après ça reste à notre échelle.

La compilation est-elle une initiative de Radio Campus Rennes ou peut-on voir ça sur les autres Radio Campus ?

C’est une initiative de Radio Campus Rennes, et on ne peut pas voir ça sur les autres Radio Campus. Attention, certaines Radio Campus ont sorti des compilations mais sur d’autres champs, par exemple radio campus Paris avait sorti une compilation de création sonore radiophonique. L’idée de départ de notre compile s’était quand même « Il y a plein de groupes à Rennes, qu’est ce qu’on peut faire pour qu’ils se voient un peu plus ». Mais en même temps on est dans une ville où il y a énormément de groupes et ça s’y prêtent parfaitement. A ma connaissance, les autres Radio Campus ne sortent rien cette année. Nous pouvons le faire parce qu’on a le soutien du label Mosaïque, donc du Crédit Agricole, et de la ville de rennes. Ce sont ces soutiens financiers qui nous permettent de la réaliser. Arrivera un moment où on nous dira « Ouais, le Crédit Agricole c’est une banque ». Et alors ? Ils nous permettent de faire cette compilation. Et puis ça fait quand même sept ans qu’on le fait tous les ans.

Quelle masse de travail pour en arriver à ce résultat ?

Une masse de travail importante. Tout autour de la compilation, il y a beaucoup de temps passé, notamment par rapport aux groupes, il y a un gros travail d’échange avec eux. Travail autour de l’objet en lui-même, recherche de financements. La période janvier/février va être bien axée sur la finalisation de la compilation. Elle sera disponible en téléchargement deux mois, du 22 avril au 22 juin.

Que s’est-il passé avec Baston ?

Rien du tout. On essaie d’être dans la légalité donc on fait signer des « autorisations de reproductions à titre gracieux ». Sur cette autorisation il y a l’autorisation d’utiliser un titre sur la compilation qui part en deux branches, physique et digitale. Si je peux me permettre de faire une parenthèse, pourquoi la branche digitale : aujourd’hui, trouver un gamin avec une platine relève du combat. Les jeunes sont axés sur le digital. Donc digitale pour toucher un plus large public, un public plus jeune. Pour revenir à Baston, sur les autorisations on laisse la liberté de « oui ou non au téléchargement gratuit ». Ils n’ont pas voulu être en téléchargement, mais ils sont sur le cd.

Maintenant oui, c’est difficile de trouver un gamin qui écoutera de la musique sur sa platine, sur son walkman ou sur son lecteur cd.

La cassette c’est pire, elle ne revient à la mode que dans un cercle ultra restreint de gens !

La compile a donc plusieurs objectifs finalement : créer une plus grosse liste de contacts pour les groupes, mais aussi éveiller la curiosité des gens et diffuser la culture. Comment a évolué la compilation en sept ans ?

On se rend compte qu’il y a toujours des gens à faire de la musique dans tous les styles à Rennes, même si certaines années seront plus rocks, électros ou hip hop. Grosso modo tous les styles ont toujours été représentés avec de la musique quand même plutôt exigeante. On a à Rennes des gens qui ont une vision de la musique pas du tout formatée. Beaucoup de projets chaque année, l’idée c’est tous les ans d’en représenter le plus possible, après on a fait plein de choses sur la compilation. Une sortie avec des concerts, une compilation tirée à plus d’exemplaires…

Il y a eu une évolution au niveau des moyens ?

Pas vraiment, on est resté à peu près au même niveau, c’est pour ça que c’est un peu plus compliqué d’évoluer ! Mais le plus important reste de réunir le plus de groupes rennais et de les présenter aux gens !

Propos recueillis par Baptiste Pierrard

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s