Le Fossoyeur de films, une interview très creusée !

     Nous avons reçu au sein de notre cimetière Monsieur le Fossoyeur De Films. Sa chaîne d’analyses cinématographiques parsemée de pointes d’humour mortelles vous instruira tout en vous faisant marrer . Cette interview est destinée à tous les jeunes cinéphiles que vous êtes ! On y parlera entre autres de ses différents projets, de ses copains et de choses vachement plus profondes ! 

Un artwork du fameux personnage.

Un artwork du fameux personnage.

Pour ceux qui ne te connaîtraient pas présente toi en quelques mots ?

Je m’appelle François Theurel, je fais une émission sur You Tube qui s’appelle « Le fossoyeur de film ». C’est une chaine dédié au cinéma de genre, avec le fossoyeur de film en émission principale et à côté de ça j’ai quelques autres formats dont les « après séances » qui me permettent de parler des dernières sorties. Avec le fossoyeur de film j’essaie de parler de thématique globale de cinéma.

J’ai commencé cette chaine en octobre 2012, et j’ai créé ce personnage un peu décalé qu’est le fossoyeur de film pour faire des émissions à la fois pédagogiques et à la fois divertissantes.

Tu combles un manque en France puisque tu possèdes une des rares grosses chaînes Youtube traitant de ciné, mais de quoi t’inspires-tu pour écrire tes chroniques ? Un modèle Américain ? Asiatique peut être ?

Je n’ai pas de modèle véritablement, à la base j’étais très spectateur du site « That Guy with The Glasses » avec notamment Nostalgia Critic, c’était le format le plus populaire du site. Du coup, il y avait beaucoup de gens qui s’inspiraient de lui pour tailler de mauvais film. Mais ce n’était pas ça qui m’intéressait, j’ai été inspiré par d’autres gens dans son équipe comme Nostalgia Chick ou Spoony. Je ne cherchais pas à simplement faire de l’humour en disant qu’un film est nul. Ce qui peut être très très drôle quand c’est bien fait. Je voulais faire ce que j’avais envie de voir et du coup m’attaquer à quelque chose de plus analytique.

Il y a de plus en plus de gens qui font des podcasts sur le cinéma sur You Tube mais quand j’ai commencé je ne connaissais pas trop cette sphère, j’ai découvert les gens qui faisaient du cinéma après m’être lancé.

Tu parles souvent de ton équipe du StudioUha, c’était des gens que tu connaissais avant ton début sur Youtube ou ce sont de nouvelles rencontres liées à la profession ?

Non, je les connaissais avant. Mathieu je l’ai rencontré en 2008 à l’université on a eu différents projets commun, par un exemple un projet musical s’appelant « Element City ». Il y a Patrick qui a aussi sa chaine You Tube (Axolot) qui a été mon colocataire pendant un an. Il y a eu une sorte d’illumination collective par rapport à la vidéo dans mon groupe d’amis.

A quand le fossoyeur présente ?

C’est encore au statut de projet, je n’ai juste pas eu le temps. Il y a eu tellement de choses à faire ces derniers mois, à la fois pour la chaine mais aussi par rapport à différents projets plus ou moins parallèles. Sur le fossoyeur, je cherche à faire évoluer de plus en plus le format ce qui me prend de plus en plus de temps. Donc je n’ai pas encore eu le temps de réaliser le fossoyeur présente mais je garde ça dans un coin de ma tête .

La tête en question !

La tête en question !

Début décembre You Tube a renforcé ses règles de droits, on a pu voir que cela n’avait pas l’air de te gêner. Comment fais-tu pour obtenir les droits sur les différents passages ou musique de film que tu nous présentes ?

Premièrement, en tant que particulier tu n’obtiens jamais tous les droits. Mais tu as le principe de « Fair Use » C’est à dire que tu peux utiliser des matériaux protégé pour peu que tu les sources soient correctement cité et que ce soit dans un but pédagogique ou de divertissement parodique. Après il y a une manière d’utiliser ces extraits. Ce qui est compliqué avec You Tube c’est que c’est vraiment une zone grise. Il y a des gens qui se feront avoir pour un extrait de 2 secondes d’une chanson, mais à côté de ça si tu utilises des extraits courts et pas trop de son ça passe mieux. Les algorithmes qui gèrent ça sont stupides parce qu’ils ne prennent pas en compte le fait qu’on fasse vivre le film, qu’on leur apporte du public. Moi-même je n’ai pas été trop touché, j’ai seulement certaines chroniques qui ont été démonaitisées comme par exemple celle sur Blade Runner

Tu étais chargé de cour à l’université, aujourd’hui tu t’es arrêté pour te consacrer à tes projets. Aujourd’hui travailles-tu as plein temps sur le fossoyeur ou as-tu un autre gagne pain ?

Oui, je suis à plein de temps sur le fossoyeur, j’ai eu la chance que ça décolle suffisamment vite pour pouvoir en vivre maintenant. Après je ne suis pas multi-milliardaire mais j’en vie. C’est le rêve, c’est arriver à vivre d’une passion et même si ça peut être difficile dans les premiers temps puisque c’est un truc qui se construit. C’est génial de se dire j’ai construit mon truc et maintenant je peux en vivre même si je dois avouer que je n’ai jamais autant travaillé de ma vie.

Ce qui nous amène à la question des projets, ça fait un moment que tu as mis en pause DeadWatts un album en préparation, un EP peut être ? 

Pas pour le moment, c’est un projet que j’ai en tête aussi. J’ai énormément de projets en tête c’est juste le temps, le seul facteur déterminant c’est le temps. DeadWatts avait une valeur récréative sur la chaine, cela me permettait de m’éclater sur la musique et de faire une pause entre deux sessions ciné. En 2014, je vois le versant musique réapparaitre, je ne sais pas encore comment, mais je ferais en sorte que oui.

Pour continuer sur tes projets, le court ou même le long-métrage ne t’attire-t-il pas ?

Oui, complètement cela fait quelques années que j’ai des projets de courts métrages qui mûrissent. Là c’est pareil 2014 ou 2015 je vais forcément m’y atteler. D’ailleurs à partir de maintenant je vais un peu plus travailler la scénarisation ce qui me permettrait de développer mon personnage du Fossoyeur. C’est une manière pour se bousculer, ne pas rester sur ses acquis et surtout ne pas s’ennuyer.

Pour l’instant tu n’as évoqué que des films français ou américains, t’intéresses-tu aux autres cinéma je pense au cinéma Coréen par exemple ?

Oui bien sûr, mais je marche par période. Par exemple l’été dernier j’ai eu une obsession pour les blockbusters. Après ce dont je parle sur la chaine ne représente pas ce que je regarde en tant que spectateur mais oui en tout cas j’essaie de voir de tout.

Que penses tu des Web séries ? Avec le Visiteur en France mais par exemple Vidéo Games High School qui marche bien avec la bande de Freddie Wong aux Etats-Unis et en regarde tu ?

Bizarrement j’en regarde pas. Pourtant ça a tout pour m’intéresser, ça fait longtemps que je me dis qu’il faut que je regarde le visiteur du futur. Ça a l’air bien, il y a une professionnalisation très net avec un accès a du matériel pro pour pas grand chose. C’est bien que ces zones d’indépendance puissent se dévellopper. Ça pourrait donner accès aux gens à un contenu qui serait plus proche de leur envie.

Que penses-tu de la communauté Française de YouTube ?

Les affinités se font naturellement dès que tu commences à avoir ce type d’activité, même si tu n’as que très peu d’abonnés ça change ton rapport aux créateurs de contenus. Au final tu vas leur parler comme à des collègues. Pour la communauté francophone de YouTubers, si tu fais des conventions t’en reviens très vite a interagir avec eux, même si ce n’est pas forcément ce que tu recherches. Tu vas spontanément vers les gens dont tu apprécies le contenu et tu fais tourner ton propre contenu même si cela ne débouche sur rien ensuite, cela crée un contact, et petit à petit tu as une espèce de toile d’araignée de contact qui se forme autour de toi. Il faut savoir que c’est un petit milieu et que tout le monde est amené à connaître tout le monde.

Que pense tu du  Star système sur Youtube qui s’est installé depuis quelques années ? J’ai lu quelques interview de You Tubers qui se plaignaient d’avoir choisi le format libre de Youtube pour retrouver un système presque équivalent à la télévision.

Je ne comprends pas exactement le concept de star système comme tu l’amènes parce qu’il y a forcément un star système, il y aura forcément un star système partout. La nature humaine est faite ainsi les gens ont besoin de gens vers qui se tourner, ils ont besoin de mascottes, et que ce soit sur You Tube ou à la Télé on ne peut rien y faire il y aura forcément des gens plus populaires que d’autres pour des raisons plus ou moins justifiées. Après ce qui est chiant c’est d’avoir importé dans Youtube certains codes de la télé au niveau des chaines. Après moi je fais une chronique sur It’s Big, mais je l’ai accepté parce que je savais que j’avais la garantie d’une liberté totale dessus, il suffit de regarder la chronique pour voir que j’ai le même ton, la même écriture c’est juste que les formats sont plus courts.

Pourquoi as tu fais ta chronique sur les séries sur une autre chaine que la tienne ?

Je voulais faire un truc sur les séries mais je ne voulais pas le faire sur la chaine du Fossoyeur de film puisque cela créerait deux figures de proues et je n’en voulais qu’une. Je voulais que la chaine reste principalement accès cinéma. En plus à ce moment je cherchais à me mettre à temps plein et It’s Big m’a proposé de me rémunérer, c’était une bonne occasion.

Enfin, si j’avais mis le fossoyeur de série sur ma chaine les gens auraientt attendus le même degré d’investissements entre les séries et le cinéma et je n’ai physiquement pas la force et le temps.

Qu’est ce qui te prend le plus de temps? Le montage, l’écriture ?

Clairement, le montage. C’est une dose de travail énorme. Récupérer des extraits, les caser dans un certain ordre. Il n’y a rien de fait au hazard. Donc il y a vraiment beaucoup de travail pour avoir une fluidité à tous les niveaux. Mais bon j’essaye d’étaler ça sur un mois généralement, mais je n’arrive pas à comptabiliser. Par exemple l’écriture, j’écris un jour je laisse reposer deux jours pour y revenir avec un œil plus frais.

Te verra-t-on sur Rennes au Stunfest ?

Il n’y a rien de prévu à ce niveau là, je suis un peu loin donc c’est un peu difficile pour moi. Mais je ne dis jamais jamais !

Pour nos amis jeunes futurs Youtubers, quels conseils pourrais-tu leur donner ?

Il faut travailler l’écriture et investir dans un bon micro. C’est essentiel, on peut commencer avec une caméra pourrie mais il faut commencer avec un bon son dès le départ sinon tu n’embarques pas les gens. Il faut le faire surtout sans te dire je vais devenir un Youtuber, mais en faisant quelques choses que tu aimes, il faut se poser la question « Pourquoi on fait ça ? ».

Qu’est-ce-que ça fait quand plus de 150 000 personnes ont choisi de te suivre sur Youtube ?

Je déteste ça, ça me fait profondément chier ! Non sans rire, ça fait super plaisir, c’est génial. De toute façon on ne peut jamais prévoir comment les choses vont se passer. Et bien que ça fasse cliché de dire ça, c’est forcément surprenant et je suis ravi que la chaine ait pu décoller à cette vitesse. Sachant que le format n’était pas évident à la base, puisque les gens à qui j’ai montré ça m’ont dit « Bon, c’est cool, mais c’est un peu long et un peu trop complexe les gens veulent du divertissement. ». Finalement je m’en suis tenu à ce que je faisais et les gens ont accroché c’est ça qui me fait le plus plaisir.

Un petit mot pour la fin ?

Merci, pour l’interview et pour les questions c’était cool !

Propos recueillis par Thibaut Morla

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s