Hippocampe Fou – Aquatrip

Quelle belle pochette !

Quelle belle pochette !

     Tout d’abord qui est cet intriguant personnage ? Notre équidé aquatique est un rappeur de longue date avec un beau parcour dans l’océan musical. Il a fait partie du groupe « La Secte Phonetik » dans lequel il fût surnommé « Le Dindon » et créé une websérie, appelée « Vidéo rap » dont le contenu est limpide comme de l’eau de source. Tu l’as compris il rappait sur des vidéos du net.

     Il sort en 2011, un Ep de cinq titres intitulé « Vaccin contre l’automne » puis une Net Tape Aquatique la même année. Mais pour notre plus grand plaisir Hippo nous offre cette perle qu’est son premier album « Aquatrip », sorti le 25 octobre 2013. Alors enfile ton plus beau scaphandre on le suit dans son élément.

     L’album est un tsunami de fraîcheur et d’originalité, aussi bien techniquement que dans les thèmes abordés pendant cette plongée musicale, réelle visite sous marine du rap. Surfant sur les instrus il nous raconte sa vie de père au foyer (Et oui, chez les hippocampes c’est le mâle qui porte les œufs), amateur de cinéma, insomniaque et nostalgique devant l’éternel. Les textes sont subtiles et parsemés de références aquatiques sans pour autant nous noyer dans son univers. L’intégralité du lexique marin est utilisé avec finesse, manié comme le gouvernail du navire s. En effet son flow qui lui est particulier nous absorbe, si bien qu’on se laisse naufragé volontaire ne demandant qu’à voir ce qu’il y a plus profondément dans le lagon.

     Avec des textes très imagés l’oreille s’associe à l’imagination pour finalement se retrouver comme dans une bulle, 20 000 lieux sous la mer. Aqua bon simplement écouter si on peut s’immerger dans son monde et peut être même celui de Némo.

     Mais la descente n’est pas juste une dérive aléatoire. C’est à ce niveau que le disque est très bien conçu. L’intro, titre éponyme, s’ouvre sur une voix douce (Une sirène ?) annonçant « L’hippocampe a tout sauf l’apparence d’un poisson ». Il faut se méfier de son image de fou car derrière un bonnet de bain fleurie se cache une maîtrise des mots qui font parfois nager en eaux troubles . Effectivement les premiers titres sont légers avec des textes sympathiques sur des instrus plaisantes et chantantes, mais le tout devient plus sombre au fur et à mesure que l’on palme vers la fin comme si la surface s’éloignait, pour finalement finir sur un aqua bad trip. Le tout est parfaitement maîtrisé dans un équilibre créé par une homogénéité des paroles et des sons.

     Les derniers titres sont plus sérieux car Hippocampe Fou est un homme grenouille qui nous fait aussi réfléchir. Depuis son Atlantide, il est un fin observateur des créatures sans branchies que nous sommes. Sous l’océaaaaaan, comme le chante l’écrevisse royale, il y a aussi des coins sombres comme nous le montre Hippocampe Fou, par des morceaux oppressants sur des instrus plus lourdes. Fini de patauger, on est la tête sous l’eau et la bouteille vide, le disque se finit.

     Mais ne vous inquiétez pas une fois revenu à bord on se sent mieux et le grand bleu vous rappelle déjà.

     Alors ne prenez pas le temps d’enlever vos palmes et tubas, foncez chez votre poissonnier préféré pécher ce caviar musical, peut être le trouverez vous au creux d’une enveloppe de nacre dans une huître.

http://www.deezer.com/album/7062023

https://www.facebook.com/hippocampefou?fref=ts

L'Hippocampe en question...

L’Hippocampe en question…

Ecrit par Geoffrey Marliac

Une réflexion sur “Hippocampe Fou – Aquatrip

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s