Malhabile – Clench your Teeth

0002055274_100

     Malhabile. Je vais devoir trouver mes mots pour réussir à parler de son dernier Ep, « Clench your teeth ». Et cela ne va pas être une mince affaire. Un Ep dont j’ai vraiment envie de parler, car conducteur de tant d’émotions différentes. Mais tellement conducteur que j’ai peur de m’y brûler les ailes. Mais hors de question que je calme mes ardeurs, une si belle histoire mérite d’être évoquée.

     Déjà auteur d’un Ep, « Sailing a grey sea » sorti en 2012, Malhabile aujourd’hui plus chasseur que pêcheur comme l’évoque la pochette de « Clench your teeth ». Et un ours des plus mal léchés s’il en est, tout maculé de sang et armé d’un fusil. Plutôt bien visé, il tire véritablement sur nos sentiments au travers de ses quatre titres. Nous sommes en face d’une vraie petite pépite folk à souhait !

     Avec « Paint it », morceau d’ouverture, Malhabile nous offre le portrait de la plus parfaite des idylles. Et oui, un Ep qui parle d’amour, ça nous change un peu ici ! La piste monte ainsi en puissance avant d’arriver à l’apothéose, un bonheur harmonieux qui respire la bienveillance et la sérénité… On se sent bien. Mais les bonnes choses ont une fin.

     « Open the skies », qu’il aurait également pu appeler « Open the eyes ». Mais cela aurait été complètement cliché et bien moins élégant. On ouvre alors les yeux avec lui sur la réalité d’une relation amoureuse avec son lot de déceptions, de désillusions et de trahisons. Malhabile chute et nous entraîne avec lui au rythme de sa guitare.

     Il est au fond du gouffre dans « Sorry, I wont excuse ». Titre très paradoxale en soi ! Il regrette ce qui a été fait sans pour autant pouvoir le défaire. Après tout on est deux dans une relation, à chacun ses tords. Mais quand même, il souffre et l’on ressent sa douleur. Sa voix lui rend vraiment grâce et l’on n’écoutera pas ce titre après une rupture venant de laisser une plaie encore béante. Heureusement arrive la suite.

     Parce que « la vie est votre et elle se passe maintenant », comme il le dit lui-même dans la piste qui clôture l’Ep, il ne faut pas se laisser sombre.  » Behead  » se pose comme un vrai coup de pied au cul de tous ces gens qui ne veulent pas s’en remettre. Trop de poésie dans un article, désolé je n’ai pas résisté. Il faut se remuer, tout ne nous tombe pas tout cru dans la bouche, il faut saisir les choses sans quoi elle ne viendront jamais à nous. Et le message passe, à l’écoute on a envie de croquer cette vie à pleine dent, quand bien même elle serait empoisonnée.

     Malhabile nous a servi sur un plateau d’argent le meilleur de lui-même et m’a fait aimer un genre que je n’appréciais pas particulièrement avec un Ep qui nous transperce du début à la fin. Pour peu que l’on n’ai pas la sensibilité d’un ornithorynque. Chapeau l’artiste !

http://malhabile.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/thisismalhabile?fref=ts

Image

Ecrit par Baptiste Pierrard

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s